Quiconque se prétend noble est censé se conduire noblement.

Article écrit dans le cadre de mon cours de “Presse en ligne” en avril 2010 et issu de mon ancien blog.

La noblesse fascine depuis toujours. Depuis l’époque où elle se réfugiait dans le château de Louis XIV, à festoyer sans cesse, pendant que le peuple avait à peine de quoi manger ; jusqu’à aujourd’hui, où des gens sont prêts à tout pour avoir un titre.

En 1830, en Belgique, les nobles composaient un quart du parlement belge, ainsi que la quasi totalité du gouvernement. Par beaucoup, on entend que le 20ème siècle signifie la fin de la période dorée. Et pourtant.

Devenons-nous paranos?

On compte encore aujourd’hui en Belgique 20 000 membres de la noblesse, dont 500 ont obtenu leur titre ces 60 dernières années (la Belgique, avec l’Espagne et le Royaume-Uni, reste un des seuls pays où le roi peut anoblir). Ces 20 000 nobles, on les retrouve encore dans les plus grandes industries de notre pays (17 des 20 industries composant le Bel20), et dans le monde politique.

Les nobles ont-ils donc bien dit leur dernier mot ?

Une chose est sûre, les titres restent quelque chose d’impressionnant aux yeux de Monsieur et Madame Tout-le-monde. Et pourtant, pour certains, la seule trace qui reste de la noblesse est le titre écrit sur leur carte d’identité. «On ne fait plus partie d’une élite, ça n’existe plus ça », livrait un noble belge ébéniste aux caméras de Questions à la Une.

Malheureusement, il y a encore bon nombre de personnes qui croient en la noblesse. Cela leur donne l’impression de pouvoir s’élever au-dessus du lot. La preuve en est de ces roturiers qui sont prêts à acheter leurs titres des dizaines de milliers de dollars. Mais la vraie noblesse ne s’achète pas, c’est peut-être cela qui fait tout son charme d’ailleurs.

En Belgique, on considère que c’est un déshonneur à la nation que de vouloir se désanoblir en se séparant de la particule de notre nom. La noblesse fascine, encore et toujours. Le titre a de l’importance, il donnerait aux gens un certain sérieux.

C’est donc ces nouveaux nobles qui assureront la continuité de la caste.

La noblesse, anti-démocratique ?

Chaque année, le Roi distribue des titres de noblesse aux plus méritants, comme la Constitution l’y autorise. Pour recevoir ce titre, les personnes doivent envoyer une demande à la Commission d’Avis, qui traitera de chaque cas. Le Roi peut octroyer les titres de comte, vicomte, baron, chevalier et écuyer. Les autres titres ne se transmettent que par la descendance.

Malgré le fait que ces titres n’apportent aucun privilège à ceux à qui ils sont décernés. Mais c’est une question de prestige.

Si aucun privilège n’est livré en même temps que le titre, en quoi la noblesse serait-elle anti-démocratique ?

Tout est question de vanité, c’est dit.

Et oui, la chose à conclure quand on parle de noblesse, c’est que tant qu’il y a des gens qui seront là pour en parler et y croire, la noblesse sera un monde doré aux yeux de tous.

Heureusement, quelques irréductibles personnes vous diront que la vraie noblesse se trouve dans le cœur de tout homme, et qu’on n’a besoin pour cela d’aucun titre.

Et pour ceux que ça intéresserait, voici comment commencer son propre pays (en anglais)…

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

You are commenting using your WordPress.com account. Déconnexion / Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

You are commenting using your Facebook account. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

You are commenting using your Google+ account. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s