24h Vélo – Ces premières fois que l’on n’oublie pas…

Cet article a été publié sur le site de L’Avenir le 26 octobre 2011 suite à une collaboration avec des étudiants de différentes écoles de journalisme belges.

Les 24 Heures Vélo de Louvain-la-Neuve, tout le monde connaît. Oui, enfin, ce n’est pas parce qu’on en entend parler tous les ans qu’on est prêt à y aller. Si toi aussi tu as vécu tes premières 24h cette année, et que tu étais un peu perdu, alors ne t’en fais pas : tu n’étais pas le seul !

Une foule compacte se masse sur le parking Fédé

Beaucoup d’étudiants se sont donnés rendez-vous ce mercredi à Louvain-la-Neuve. Et pour certains, c’était la première fois. Peut-être que comme moi, tu as commis quelques erreurs fatales.

Mon premier faux pas était sans aucun doute d’arriver sur place avant mon groupe d’amis. Après avoir été fouillée à la sortie de la gare, j’ai émergé dans la cité estudiantine au milieu de meutes d’étudiants déjà plongés au cœur de la fête. Un conseil : si tu te sens vraiment perdu, évite le Parking Leclerc, alias le Parking Fédé. C’est le lieu de rendez-vous des cercles des quatre coins de la Wallonie. Ça grouille de monde dès la fin de l’après-midi. Commencer ses 24H vélo seule, c’était donc pas vraiment la meilleure idée.

Mais très vite, l’ambiance imprègne même les plus sceptiques. En attendant tes amis, tu peux donc partir à la découverte des différentes initiatives proposées. En plus, l’avantage, c’est qu’une fois qu’ils t’auront rejoint, tu peux leur faire croire que « les 24H vélo, t’en es un grand spécialiste…»

Bien sûr, les 24h, c’est avant tout une course de vélos et autres chars folkloriques. Dans différents points de la ville, tu peux donc t’accouder à une barrière nadar, tout simplement, et t’amuser à observer l’imagination dont ont fait preuve les différentes équipes participantes.

Mais ça ne s’arrête pas là. Les 24H, c’est aussi une multitude d’initiatives originales. Les différents cercles, mais aussi les kots à projets, sont présents pour te faire passer une bonne journée et une bonne soirée avec notamment des combats de sumos, des démonstrations de danses africaines ou des free hugs.

Autre erreur courante : quand tu arrives aux 24H, malheureusement, la motivation ne suffit pas pour t’y retrouver dans la ville. Débarquant de Bruxelles, j’ai donc dû me munir d’un plan pour pouvoir m’orienter, et surtout, rejoindre mes amis. De ce côté-là, pas de soucis. Des plans et programmes sont disponibles dans divers stands. Le seul problème, c’est que quand tu sors ton plan, tu te rappelles à quel point tu es perdu. Non, tu n’es pas un étudiant louvaniste, la ville reste un labyrinthe à tes yeux. Mais après quelques tours et détours, tu repèreras vite les endroits stratégiques.

Enfin, dernière anecdote que je partagerai avec toi, camarade de première fois, c’est de bien faire attention aux vêtements que tu emportes. Et oui, les 24H, ça dure toute la nuit. Il fait donc froid, voire très froid. Qui plus est, même s’il ne faut pas généraliser, les 24h ça peut aussi être sale, voire très sale. De la tête aux pieds, pense donc pratique. Tu ne rentreras pas propre comme un sou neuf de tes premières 24H. Et puis, si ça peut te rassurer, la tendance aux 24h, ça vire plus aux bottes et vieux pulls qu’aux défilés de mode.

Tu l’auras compris, vivre les 24H, ça ne s’improvise donc pas. Tu as commis des erreurs de débutant, certes. Mais ne t’en fais pas : l’an prochain, tu auras l’occasion de prouver que tu as appris de tes erreurs. Enfin, si tu t’en souviens…

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

You are commenting using your WordPress.com account. Déconnexion / Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

You are commenting using your Facebook account. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

You are commenting using your Google+ account. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s