Tchekhov s’installe au Waux-Hall de Nivelles

Cet article a été publié dans L’Avenir Brabant wallon du 28 février 2012 et est disponible sur leur site.

Quatre courtes pièces de Tchekhov centrées sur les relations conjugales. La Compagnie du Comble présente « Chapka, vodka et épousailles ».

La Compagnie du Comble nous emmène en Russie.

« Un plat bien assaisonné ! » L’expression est de Patricia Dacosse, qui signe la mise en scène de Chapka, vodka et épousailles. À découvrir au Waux-Hall de Nivelles le vendredi 2 et le samedi 3 mars.

Patricia Dacosse a choisi quatre pièces d’Anton Tchekhov, d’un acte chacune, à savoir Une Demande en mariage, La Noce, Le Jubilé et L’Ours. Leur point commun : toutes mettent en scène les relations conjugales, de la demande en mariage à la veuve qui se cloître chez elle.« On joue ici avec des personnages presque caricaturaux qui ont des caractères bien typés. Avec eux, on traverse différentes couches de la société. C’est amusant de passer d’un univers à un autre. »

Et comme si la plume comique et presque satyrique de l’auteur russe ne suffisait pas à séduire, la Compagnie du Comble a décidé, comme elle aime le faire depuis quelques années, de pousser la chansonnette : cette fois, ce seront bien entendu des chants russes, et quelques danses aussi, en forme « de petites bulles d’air pour les spectateurs. Mais pour les acteurs de la troupe, ça représente un nouveau défi ! »

Pour le metteur en scène, deux éléments sont essentiels à la réussite d’un spectacle : avoir de bons comédiens et pouvoir toucher les gens par le propos, que celui-ci soit comique ou émouvant. « Tout le reste, c’est du luxe ! »

Avec Chapka, vodka et épousailles, la troupe en est à sa douzième production. Ses spectacles demandent beaucoup d’organisation et de discipline étant donné le nombre d’acteurs. Cette fois-ci, ils seront dix-huit à monter sur scène : Mathieu Alexandre, Julien Blondeau, François Collard, Camille Coppée, Maxime Dambly, Jérémie Dehoux, Jessica De Sloovere, Olivier Fery, Marie Hanse, Marie Jacques, Virginie Jacques, Isabelle Patinet, Pierre Plume, Romano Pomponio, Catherine Ronvaux, Amandine Snel, Noémie Van Geem et François Zoetardt.

« Tous sont passés par mon cours d’art dramatique, donc je les connais déjà. Le plus difficile est d’arriver à mélanger toutes ces énergies… » Le nombre d’acteurs est d’ailleurs un handicap pour jouer hors de Nivelles. « Nous sommes des amateurs. Nous ne bénéficions pas de promotion nationale. Le Waux-Hall, il nous arrive de le remplir, et nous bénéficions d’ailleurs de l’aide du service des travaux de la Ville pour les décors, depuis la création de la compagnie en 2000. Mais nous n’avons pas le budget pour essayer d’autres salles en Wallonie. »

Qu’importe, si la Compagnie du Comble ne joue qu’à Nivelles, c’est sans bouder son plaisir. Et elle prépare déjà un autre projet, pour le mois de mai.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

You are commenting using your WordPress.com account. Déconnexion / Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

You are commenting using your Facebook account. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

You are commenting using your Google+ account. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s