De Venise à la Chouvénie en passant par La Valette

Cet article a été publié dans le Petit Tram du mois de décembre 2013 (pg9). Ce journal mensuel est publié par le Centre Culturel d’Ittre.

Une nouvelle comédie s’est installée au Théâtre de la Valette, et ce jusqu’au 22 décembre. « Venise sous la neige » vous invite à passer un moment truculent en compagnie des quatre acteurs réunis sur scène, à savoir Amélie Saye (Patricia), Laure Tourneur (Nathalie), Benoît Strulus (Jean-Luc) et Bernard d’Oultremont (Christophe).

Un moment truculent en compagnie des quatre acteurs réunis sur scène, à savoir Amélie Saye (Patricia), Laure Tourneur (Nathalie), Benoît Strulus (Jean-Luc) et Bernard d’Oultremont (Christophe)

L’histoire, tout le monde s’y reconnaît. Une rencontre avec un vieil ami qu’on n’a plus vu depuis dix ans, un dîner de retrouvailles gênant, parce qu’on n’a plus grand-chose à se dire, des disputes de couple, comme si les blancs n’étaient pas assez embarrassants. « Venise sous la neige », c’est tout ça.

Mais si la situation devient si cocasse, et si drôle finalement, c’est grâce à Patricia. Dès le début, elle prévient son compagnon, Christophe : « Je reste, mais tu vas vivre un enfer ». La scène qui se déroule alors sous les yeux amusés des spectateurs en devient presque surréaliste : un couple naïf (un peu idiot, par moments), un mensonge qui dérape, l’invention d’un pays, la Chouvénie (en ex-Yougoslavie, pour ceux qui l’ignoreraient), et une situation qui n’est absolument plus sous contrôle.

Les couples se disputent, se réconcilient, se tournent au ridicule. Tout cela fait son effet et le public est alors emporté, grâce à des acteurs plus que convaincants : Amélie Saye a probablement parlé chouvène toute sa vie, et Benoît Strulus joue à merveille l’amoureux trop amoureux.

Et si l’histoire ne nous emmène pas à Venise, puisque tout se déroule au sixième étage d’un appartement dans les beaux quartiers parisiens, elle offre tout de même aux spectateurs un moment léger et très drôle, et en prime, un sourire qui reste accroché aux lèvres en quittant le théâtre.

Une comédie de Gilles Dyrek, mise en scène par Victor Scheffer, avec Laure Tourneur, Amélie Saye, Benoît Strulus et Bernard d’Oultremont.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

You are commenting using your WordPress.com account. Déconnexion / Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

You are commenting using your Facebook account. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

You are commenting using your Google+ account. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s