14-18, c’est notre histoire

2014. Il y a bientôt cent ans (cet été), la première guerre mondiale éclatait. Je ne l’ai pas connue. Je ne connais d’ailleurs personne qui y était. Et pourtant, c’était hier comme vous dirait mon prof d’histoire en troisième. Comme beaucoup, pourtant, je fais partie de ces gens qui ne veulent pas oublier l’horreur. Se souvenir pour ne pas reproduire. Documentaires, livres, et maintenant expo. Et oui, à l’occasion des commémorations, de nombreuses initiatives sont mises en place un peu partout.

En Belgique, installée depuis peu au Musée de l’Armée (ouverte aux visiteurs jusque 2015), l’exposition « 14-18, C’est notre histoire » est, à mes yeux, un passage obligatoire pour tout citoyen qui se sent un minimum investi du devoir de mémoire face à une histoire si importante et si proche. Bref, un passage obligatoire pour tous.

L’entrée d’une expo qui invite à se souvenir…

L’exposition a été pensée de façon chronologique. Le visiteur commence ainsi son parcours avant la guerre, à une époque de fastes, de grandeur de l’Europe, tant sur les plans économique, culturel ou politique. Enfin je parle ici d’Europe comme on l’évoque aujourd’hui pour désigner un ensemble de pays en paix. Or, déjà là, la paix ne régnait pas toujours entre cette grande famille (puisque avec nos monarchies, tout le monde était cousin au final). En 1910, Bruxelles accueillait une exposition universelle ayant eu un grand succès. On s’enrichit grâce notamment aux richesses de nos colonies. Les pays d’Europe représentent le coeur même de la politique mondiale, face « au nain américain », comme on peut le lire dans les panneaux explicatifs.

Parce qu’en effet, cette exposition se veut didactique. A l’aide de panneaux d’infos clairs, de témoignages vidéos, de cartes très claires (alliances, colonies, etc.), de traces écrites ou d’objets d’époque les pus variés, mais aussi de décors nous plongeant dans l’ambiance des différentes époques que l’on traverse, le but est réellement d’emmener le public dans un voyage à travers le temps… de guerre.

Une des parties les plus intéressantes du parcours, à mes yeux, c’est celle qui parle du meurtre à Sarajevo de François-Ferdinand, héritier du trône de l’Empire austro-hongrois (le déclencheur), et ensuite, de l’enchaînement des événements qui ont abouti à voir des pays jusque là en paix relative se lancer dans un combat à portée mondiale qui allait durer quatre ans. L’escalade est rapide : on s’imagine en train de regarder le tour de France un jour d’été, de soutenir Philippe Thys sur la dernière étape, qui s’apprête en remporter le Tour comme l’année d’avant. Et du jour au lendemain, suite à des ultimatums et autres déclarations de guerre, on s’imagine devoir partir rejoindre les forces armées pour défendre notre patrie. Pour moi, partie émouvante puisqu’elle nous emmène dans les sources de la folie. Une invitation à comprendre l’incomprehensible. Comment ce massacre a pu commencer ?

On cherche notre village. Et là, on voit… La ligne noire près de mes pieds, c’est donc la ligne de front…

Étant donné que j’ai fait la visite accompagnée de quelqu’un de plus calé que moi en matière de guerre, j’ai nommé mon petit ami, j’ai pu avoir un deuxième avis, plus nuancé dans l’enthousiasme. Notamment dans les manques de cette expo. Ainsi, on note le manque d’explications sur le fait que s’il y a une guerre, c’est aussi (voire avant tout) parce que de toute part, des industriels y voient une occasion d’en retirer du profit. Un peu comme le vilain Moriarty dans le Sherlock Holmes (la version avec Robert Downey Jr).
Plus grosse nuance apportée, c’est sans doute le côté édulcoré de l’expo. Certes, le trash pour le trash n’est jamais bon. Mais on ne peut s’en passer pour faire comprendre l’horreur à ceux qui ne l’ont pas connue, je crois. La guerre y paraît peut-être un peu trop vivable : peu d’images de la dure vie dans les tranchées, toute petite mention pour l’arrivée des armes chimiques dans ce combat, etc.

Coucou creepy guy

Toutefois, c’est ça qui me permet de conseiller aux parents, aux profs, etc. d’y emmener des enfants sans hésitation. Ils ne seront pas choqués, ils apprendront. Cette expo raconte. On s’intègre aux événements qui sont expliqués : on s’indigne de l’augmentation du coût de la vie suite à l’invasion allemande (parce que oui, on parle aussi des gens qui sont restés chez eux, pas que des soldats), on sourit devant les jeux des soldats exposés… On comprend, on réfléchit, on est touchés.

J’ai vu (malheuresement) deux jeunes qui ne semblaient être là que parce que les parents le voulaient. L’un était occupé sur son rubiks cube (allez, à la limite ça passe), l’autre sur son gsm. Et pourtant, je suis sûre que cette expo est faite pour tous, si on y met une introduction. Je ne vous parle pas d’un cours d’histoire, juste d’une mise en situation. Comme celle proposée en fin de parcours (dommage) : les pays européens, des voisins, des cousins pour la plupart (aaaah la monarchie) se sont entretués. Mais toi, qu’aurais-tu fait? Quand ton capitaine te donne un ordre idiot, qu’est-ce que tu fais ? Pour quoi tu t’engagerais dans une guerre? Idée sympathique, d’autant plus pour le côté interactif, même si les réponses proposées au moment du vote sont peut-être restreintes, voire clichées… Mais c’est encore une manière de réfléchir à l’horreur, en essayant de s’y imaginer. Les panneaux explicatifs peuvent rebuter (berk, du texte, faut lire), mais les vidéos et les cartes sont très didactiques, et avec un minimum de curiosité, on peut se laisser emporter facilement. D’ailleurs, j’ai vu aussi de nombreux enfants ou ados qui avaient l’air aussi enthousiastes que moi.

Avec « 14-18, C’est notre histoire », le devoir de mémoire est perpétué, et donc : c’est réussi.

Advertisements

One thought on “14-18, c’est notre histoire

  1. Ping : Lettres à Elise au Théâtre de La Valette | Les écrits de Julie

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

You are commenting using your WordPress.com account. Déconnexion / Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

You are commenting using your Facebook account. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

You are commenting using your Google+ account. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s