Into the wild de Jon Krakauer

Il y a quelques années, je découvrais le film Into the wild. Une vision a suffi pour me convaincre de l’ajouter dans un top 5 des films qui me touchent le plus. La bande-originale signée Eddie Vedder, les images magnifiques, le tout me donne à chaque fois des envies de voyage, de tout laisser, de m’isoler (à deux) et de réfléchir au monde et à moi-même. A chaque fois, l’histoire d’Alexander Supertramp (son nom de voyage, Chris McCandless de son vrai nom) me fait rêver.

Bref, pour Noël, il y a deux ans, j’ai reçu la version livre de ce coup de coeur cinéma (en plus du DVD, que l’on m’avait emprunté à long terme sans laisser de trace). Il est resté bien trop longtemps sur ma pile à lire, mais si tu suis un petit peu, j’ai repris la lecture assidue, et je m’attaque donc à cette P.A.L.

Direction rêve

Je l’attendais depuis longtemps, cette lecture. J’ai trop appris à aimer les moindres détails du film, à aimer détester les réactions de Chris par moments. Pas si étonnant que cela donc que les premières pages du livre m’aient laissée perplexe. Ce n’était pas ce film beau. Mais on s’accroche. Jon Krakauer est un journaliste, et il est très bon dans ce domaine. Il relate les faits, les décortique, cherche différentes versions. Et c’est réellement là la force du livre, si on la compare à l’adaptation cinéma de Sean Penn, qui elle est beaucoup plus poétique.

Une fois ce détail rangé dans un coin de ma tête, je me suis délectée de ce reportage. Évidemment, le livre renferme plus de détails, plus d’épisodes et plus de questionnements que dans le film. Il y a aussi cette impression assez agréable que l’on veut me vendre moins de sentiments que dans le film, et pourtant, que le récit que je dévore est bien plus humain que celui que je regarde habituellement.

Happiness only real when shared

Ce qui est également un plus de ce livre, puisque je suis tombée amoureuse de l’histoire principalement en regardant Into the wild, c’est tous ces passages qui relatent des histoires similaires à celle de Chris McCandless et qui permettent de creuser la question qui reste centrale « Pourquoi quelqu’un peut se sentir tellement mal dans notre société qu’il décide de s’en isoler ? « . Par cela et par tous les témoignages recueillis, Jon Krakauer creuse plus encore les problèmes qui ont mené ce jeune Américain à vouloir abandonner la civilisation dans laquelle il vivait. Cela permet de sourciller moins à certaines réactions que dans le film, à mieux cerner.

Into the wild, dans sa version écrite, donnera tout autant envie de voyages que le film, pour ma part. Mais pourtant, en relativisant la situation de Chris, l’auteur nous aide à relativiser notre position et nos questionnements.
Le seul manque par rapport au film finalement reste peut être la sublime voix d’Eddie Vedder, problème que l’on peut facilement corriger en lançant le lecteur mp3.

Advertisements

6 thoughts on “Into the wild de Jon Krakauer

  1. Ping : Ca sent bon Noël #22 | Les écrits de Julie

  2. Ping : Ca sent bon Noël #23 | Les écrits de Julie

  3. Ping : Indian Creek de Pete Fromm (Kube #4) | Les écrits de Julie

  4. Ping : Randonneurs Amateurs | Les écrits de Julie

  5. Ping : Walden, ou la vie dans les bois, de Henry David Thoreau | Les écrits de Julie

  6. Ping : #Popsugar #ReadingChallenge #2017 | Les écrits de Julie

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

You are commenting using your WordPress.com account. Déconnexion / Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

You are commenting using your Facebook account. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

You are commenting using your Google+ account. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s