Haute Fidélité de Nick Hornby (Kube#2)

Pour ma seconde Kube (rappelle-toi, je t’expliquais le concept ici), j’ai reçu Haute Fidélité de Nick Hornby. J’avais demandé un truc un peu rock, dans le Londres des sixties. Je voulais me plonger dans le Londres des Kinks – je n’ai pas tout à fait eu ce plaisir. Mais Haute Fidélité reste un chouette roman, parsemé de références musicales – qu’on aime ou qu’on n’aime pas.

Rob a trente-cinq ans, il tient un magasin de disques dans Crouch End, qui n’est pas vraiment le quartier le plus populaire de Londres, vous en conviendrez. Rob est resté plus ou moins coincé à ses dix-neuf ans, et sa vie est carrément le foutoir – heureusement (ou pas en fait), il semblerait que ses deux collègues plus ou moins amis soient restés au même stade que lui. Une petite étincelle va donner un bon coup de pied à la vie un peu morose de Rob quand Laura, sa compagne depuis plusieurs années, décide de s’en aller. Petit à petit, il lui en veut, il s’en veut, il se remet en question et grandit.

Vous comprendrez que l’histoire est un peu bateau. Ce qui rend le livre sympathique, c’est ce côté un peu cynique et cette plume parfois acérée qu’utilise Nick Hornby pour faire parler Rob, ce pseudo-héros qui ne demande qu’à reprendre le contrôle de sa vie, finalement.

Et, puisque si vous le lisez, vous comprendrez vite que créer des TOP 5 est un des loisirs préférés de Rob & ses deux collègues, Dick et Barry, on va l’évaluer comme cela :

TOP 5 des choses sympas de ce livre

  • Les listes – je ne vais pas mentir, je kiffe. On a la liste de ses cinq ruptures les plus marquantes, toutes les listes musicales faites avec ses collègues. J’aime lister les choses, et j’aime l’idée qu’on reprenne ça dans un bouquin.
  • La musique – Rob a une collection incroyable de vinyles. Je ne vais pas te mentir, les vinyles, ce n’est pas (encore) mon truc, mais les références musicales sont un des plus de ce livre. Rob rattache pas mal de ses aventures, de ses pensées à des chansons (on le fait tous non ?) et considère que la collection de vinyles ou cds (voire cassettes) de quelqu’un est un bon critère pour juger cette personne.

  • La plume – finalement, ce n’est pas tant l’intérêt de l’histoire qui m’a fait accrocher, mais sa rédaction. Il y a un petit côté cynique, acide. Un truc bien anglais je pense. Peut-être qu’en VO, il est encore plus agréable à lire ?
  • Rob – il est totalement paumé, un peu handicapé des sentiments. On s’y attache, finalement, à ce pseudo-héros qui ne peut pas s’empêcher de dire ce qu’il ne faut pas, quand il ne le faut pas.
  • La Kube – et oui. Malgré que mon choix colle un petit peu moins à ma demande que pour Le Mur Invisible, je suis contente d’avoir fait un second test et que celui-ci m’ait fait découvrir quelque chose que je n’aurais probablement jamais trouvé toute seule.

Je pourrais te faire aussi le TOP 5 des choses que je n’ai pas aimées (tiens, Rob s’y retrouverait aussi), mais je préfère rester sur une note positive.

Et puisque je n’ai pas eu les Kinks, je te les offre ici et maintenant quand même.

Advertisements

2 thoughts on “Haute Fidélité de Nick Hornby (Kube#2)

  1. Ping : Ca sent bon Noël #10 | Les écrits de Julie

  2. Ping : Ca sent bon Noël #17 | Les écrits de Julie

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

You are commenting using your WordPress.com account. Déconnexion / Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

You are commenting using your Facebook account. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

You are commenting using your Google+ account. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s