La Sagesse de la Comté de Noble Smith

La Terre du Milieu, j’en rêve depuis la première fois que j’ai regardé Le Seigneur des Anneaux. Je m’en souviens parfaitement : pendant les vacances d’hiver, juste avant de rejoindre les Ardennes pour le Nouvel An en famille. Le départ soudain de Frodon pour une aventure m’a tellement touchée que je me suis préparée moi-même, « au cas-où ». Il vaut mieux avoir tout ce qu’il faut sur soi… J’avais 11 ans. J’ai, depuis, lu plusieurs Tolkien, vu tous les films, et à chaque fois, la même impression m’emporte : qu’il fait bon vivre dans la Comté, semble-t-il.

La Comté, c’est ce pays vert où les hobbits (des semi-hommes, « des enfants à vos yeux ») vivent en harmonie avec la nature, sans trop s’encombrer de machines ou de travail inutile. Un éloge de la vie simple et bienheureuse, en quelque sorte. Et pourtant, Tolkien y a placé ses plus valeureux héros (Sam, Bilbon, Merry, Pippin ou Frodon). L’auteur aurait d’ailleurs avoué à plusieurs reprises que les hobbits étaient les personnages de son univers dans lesquels il se reconnaissait le plus… Et j’avoue que, peut-être du fait de ma petite taille ou de mon amour de la bière, je suis plutôt d’accord avec lui.

Du coup, quand on m’a parlé de ce petit livre de « philosophie hobbite », La Sagesse de la Comté, je ne pouvais qu’être partante pour entamer sa lecture. Et je ne suis pas déçue. La Sagesse de la Comté est un petit guide pour simplifier sa vie et revenir à des valeurs que j’apprécie énormément : l’amour de la nature, le partage, la loyauté envers ses amis et sa famille.

Et oui, ne vous attendez pas ici à un traité de philosophie de la Comté, il s’agit en fait plus d’une critique de notre société actuelle sous la loupe hobbite, et dieu sait comme on en a besoin ! Chaque petit chapitre reprend une idée en soi, et peut-être (re)lu séparément (ce que je ferai sûrement bien souvent). À travers ces pages, on envie la vie simple et naturelle des hobbits et on se dit que leur voler deux ou trois choses ne serait que meilleur pour l’humanité. D’ailleurs, La Sagesse de la Comté vous conseiller pour transformer votre petit chez vous en trou de hobbit (et il ne faut pas forcément vivre sous une colline pour y arriver), et des tas d’autres choses.

Oui, sans aucun doute, notre façon de vivre est pittoresque. Mais aujourd’hui plus que tout autre, je prends conscience que ce n’est pas une mauvaise chose de fêter une vie simple.

Toutefois, comme à chaque fois que je lis ce genre de récit, je ne peux m’empêcher de penser que les lire est bien plus aisé que de les adopter. À l’ombre de la COP21, je ne peux m’empêcher de penser que je pourrais faire tellement plus pour simplifier ma vie, et celle de la planète. Saroumane aura été séduit par le métal et a abandonné son respect pour la nature (on sait ce que ça lui en coûte !), et je ne peux m’empêcher de penser que j’aurai du mal à me détacher d’un tas de choses inutiles que je continue d’acheter, par exemple. Mais bon, des petits changements valant mieux que rien du tout, on se met au boulot les hobbits ?

Advertisements

One thought on “La Sagesse de la Comté de Noble Smith

  1. Ping : Ca sent bon Noël #4 | Les écrits de Julie

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

You are commenting using your WordPress.com account. Déconnexion / Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

You are commenting using your Facebook account. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

You are commenting using your Google+ account. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s