Dionysos chante Vampire en pyjama

Après avoir chroniqué le livre de Mathias Malzieu, il m’en fallait plus. Si j’ai suivi Malzieu en tant qu’auteur, c’était parce que j’étais tombée amoureuse de sa musique, avec le groupe Dionysos. Déjà en chanson, il jongle avec les mots, les langues et les instruments. Tout cela aidant, je suis devenue petit à petit, de Song for a Jedi jusque La Mécanique du Coeur, une inconditionnelle. J’ai un peu loupé Bird’n’Roll, ce que je ne vais pas tarder à corriger, et là, je retombe sous le charme une fois encore.

Chaque sortie de ce groupe attire mon attention. Et une fois n’est pas coutume, Vampire en pyjama passe en boucle depuis quelques jours. D’abord, parce que le livre était beau, et que les chansons sont une nouvelle façon pour Mathias Malzieu d’aborder sa maladie. Ensuite, parce que le livre offre quelques coups d’oeils sur la façon dont ce disque a été écrit, enregistré et pensé : pendant la maladie de Malzieu, il a composé dans sa chambre stérile, parmi ses rares « permissions » à la maison. Il a enregistré des gens qui lui étaient chers alors qu’ils étaient dans ce fauteuil-oeuf, petit nid dans lequel il a pu se réfugier et créer alors qu’il était au plus mal.

Mais je ne vous parle pas du livre cette fois, mais de l’album. Vampire en pyjama est aussi un petit plaisir. Les chansons défilent, comme à chaque fois, avec des bruits inattendus : les roulements d’un skateboard nous emmènent faire du « Skateboarding sous la pluie » (dont j’adore ces paroles, soit dit en passant – « Oh mes héros, qu’est-ce que c’est beau de se faire sauver la vie à la tombée de la nuit). Cette fois, l’univers est plus calme, plus posé que sur d’autres albums. Il se rapproche fort, je trouve, d’un Monsters in Love. Voguant entre les univers, mais restant toujours malgré tout joyeux, finalement. La poésie dont Mathias Malzieu fait preuve verbalement (qu’on aime ou non, on doit lui laisser ça), il sait aussi la transfuser dans sa musique, et je dois avouer que ça a tendance à bien fonctionner sur moi.

Je suis contente de retrouver la jolie voix de Babet sur cet album, ça doit aussi être ça qui me pousse à le rapprocher de l’album Monsters in Love. J’aime d’ailleurs énormément sa reprise de I follow rivers avec Mathias Malzieu.

Mes deux coups de coeur (j’écoute l’album en boucle, donc c’est en soi un grand coup de coeur) : Le petit lion (simple et mignonne) & Vampire en pyjama (belle et libératrice). (Je te dirais bien que j’ajoute Déguisé en moi, parce qu’elle passe en ce moment, et qu’elle me fait sourire, mais j’ai annoncé deux !)

D’ailleurs, je te laisse avec cette dernière !

PS : Si tu n’aimes pas Dionysos, sache qu’ils apparaîtront encore sur le blog en mai, pour un compte-rendu du concert-que-j’ai-hâte-d’y-être !

Advertisements

9 thoughts on “Dionysos chante Vampire en pyjama

  1. Pour ma part, je crois que mes deux coups de coeur sont : Hospital Blues et L’heure des lueurs, même si je crois que Le chant du mauvais cygne… pourrait y figurer !
    Comme toi, j’attends le concert avec impatience (juin pour moi… c’est loiiin!)

  2. Ping : Dionysos aux Nuits Botanique (Cirque Royal – 13 mai 2016) | Les écrits de Julie

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

You are commenting using your WordPress.com account. Déconnexion / Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

You are commenting using your Facebook account. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

You are commenting using your Google+ account. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s