Trahisons à La Valette

Le Théâtre de la Valette raconte, jusqu’au 17 avril, une histoire de trahisons. Une histoire d’amour, ou plutôt d’amours, aussi.

Delphine Charlier, Laurent Renard et Xavier Percy vont, pendant plus d’une heure, nous faire voyager à travers l’histoire d’une liaison amoureuse et d’un mariage vacillant. Par une construction intéressante, le texte de Harold Pinter va nous faire remonter le temps. Là où la pièce débute alors que la liaison entre Emma et Jerry est finie depuis deux ans – elle va petit à petit nous ramener à leur rupture, à leurs bons moments, à leur rencontre.

Pour une fois, nous commençons l’histoire par sa conclusion. Et petit à petit, nous chercherons à comprendre tout ce qui a pu amener Emma a entamer une relation avec Jerry, l’un des meilleurs amis de son mari. C’est un parcours intéressant que celui des causes et des conséquences d’une trahison.

Malheureusement, je n’y ai pas trouvé mon compte. J’ai passé un peu plus d’une heure à m’ennuyer. Là où les pièces de La Valette arrivent d’habitude à m’arracher des rires, ou des petites bribes de réflexion, cette fois, ce n’était pas le cas. Du tout. Peut-être le contexte n’était-il pas idéal pour moi, j’avoue que la fatigue a dû y contribuer. Mais au moment de rédiger ma chronique pour le Centre culturel d’Ittre, partenaire de La Valette, me voilà coincée. Je suis tiraillée – je suppose que mettre à mal un partenaire est compliqué. J’ai donc dû trouver les quelques points positifs qui ressortaient de cette pièce à mes yeux (les quelques-uns présentés ci-dessus) – je reste honnête, mais la réalité que l’on évite n’est-elle pas un mensonge ?

Bref, si je vous partage aujourd’hui cet avis entre deux eaux, c’est avant tout pour partager cette réalité – que faire quand on n’aime pas ? Un livre, un film, une bande-dessinée ? En l’occurrence, je me suis engagée à écrire quelque chose. Je devais produire un écrit, et je préférais qu’il soit positif – pas par malhonnêteté. Parce que mon ennui n’était pas forcément partagé (j’avoue que la moyenne d’âge du public de La Valette est très loin au-dessus de mon âge à moi – peut-être n’étais-je donc pas si concernée que ça ?) Mais toutefois, comment parler de ces choses qui ne nous passionnent pas ?

Allez, sur ce petit questionnement éthico-philosophique, je m’en retourne à des lectures que j’aime !

Writing concept text on blackboard half trues is the same as lies

Advertisements

One thought on “Trahisons à La Valette

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

You are commenting using your WordPress.com account. Déconnexion / Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

You are commenting using your Facebook account. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

You are commenting using your Google+ account. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s