Tag #10: Qui a peur du grand méchant livre ? (Clap deuxième)

J’ai quelque peu hésité à vous proposer une deuxième version, ayant été tagguée par Bloomsbury Muffin. Des deuxièmes choix ? J’ai déjà eu du mal pour le premier en plus. Et pourtant, après avoir regardé dans ma boule de cristal (ma wish-list Livr’addict), j’ai trouvé matière à une deuxième édition.

Alors, encore cinq grands méchants livres ?

L’Epopée de Gengis Khan (Conn Iggulden)

Vous l’aurez compris (ou non) dans le précédent opus, les sagas me font peur. Pas parce que je ne pense pas être de taille, mais bien parce que quand on y prend goût, ça ajoute vite des livres et des livres dans la pile-à-lire. Et mine de rien, la mienne est déjà bien remplie.

Mais ce roman, cette saga donc, me fait bien envie depuis plusieurs mois, à tel point que le numéro 1 se trouve dans mon challenge ABC 2016. Donc, il va falloir y passer.

L’homme qui savait la langue des serpents (Andrus Kivirähk)

Là, c’est le titre qui avait attiré mon oeil la première fois. En creusant ensuite, le résumé n’était pas mal non plus. Et puis, Marion l’a lu et en a été satisfaite, ce qui achevait de me convaincre. Toutefois, il est toujours en attente malgré tous ces éléments en sa faveur.

Muchachas (Katherine Pancol)

Là, on combine deux peurs littéraires: une saga et une auteur dont j’ai aimé (pas adoré) tout ce que j’ai lu. Et avec Muchachas, j’ai peur d’un “trop pareil” avec Les yeux jaunes des crocodiles et compagnie. Je ne sais pas ! Qui plus est, j’ai lu la plupart des Pancol il y a quelques années, quand mes lectures étaient plus “girly”. Je ne suis pas sûre que mon parcours depuis me fasse encore aimer la plume de Katherine Pancol.

L’assassin qui rêvait d’une place au paradis (Jonas Jonasson)

J’avais trouvé Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire très frais et original à sa lecture. J’avais ensuite trouvé L’analphabète qui savait compter un peu trop similaire, et donc un peu trop facile. C’est donc le roman de la dernière chance, à mes yeux, pour cet auteur. Nous verrons. (C’est un petit pavé, je le reconnais)

Le club des incorrigibles optimistes (Jean-Michel Guenassia)

Avec un titre pareil, comment ne pas être interpellé ? Et pourtant, acheté à l’aéroport il y a bientôt trois ans, puisque j’avais eu la bonne idée d’envoyer toutes mes lectures en soute, il me toise depuis sans pour autant me pousser à l’entamer.

Et ? J’ai encore des tout petits tout mimis ? Plus beaucoup, mais assez pour te proposer encore non pas cinq mais six coups de coeur.

Et tu n’es pas revenu (Marceline Loridan-Ivens)

Un de mes coups de coeur en 2016, encore. Et merci Papa pour la lecture. Un livre sublime, juste et fort.

Ma chronique était ici.

Et monter lentement dans un immense amour (Katherine Pancol)

Puisque je vous ai chanté mon amour pour Pancol (bon, murmuré seulement), je me dois de vous présenter le seul et l’unique. S’il ne devait en rester qu’un, adieu la trilogie des Yeux jaunes des crocodiles, c’est lui. Moins connu mais il a beaucoup résonné en moi.

Touriste (Julien Blanc-Gras)

J’ai adoré voyager en compagnie de la plume de Julien Blanc-Gras. Ses anecdotes, les mots choisis, et cette envie de faire pareil. J’ai récemment acheté un autre livre où il parle voyage, puisque j’avais été un peu perdue dans sa fiction, Comment devenir un dieu vivant.

Le cercle des poètes disparus (N.H. Kleinbaum)

En film et en livre, cette histoire pour amoureux de la vie aura aussi eu le mérite de donner envie de lire plus de poésie et de m’approprier un art que je ne connais que trop peu.

Ma chronique était ici.

L’appel de la forêt (Jack London)

J’ai découvert Jack London dans mon avion de retour de La Palma. Je n’ai pas choisi son plus connu pour commencer mais l’histoire de Buck m’a tellement plu. Faire passer à la fois tant d’émotions humaines et de puissance sauvage en un nombre de pages réduit, chapeau.

Ma chronique était ici.

La ferme des animaux (George Orwell)

Et ici aussi, je choisis d’ignorer les tendances. Alors que je me promets depuis des années que je vais lire 1984, me voilà qui lit d’abord une histoire moins connue de George Orwell, mais à mon avis toute aussi critique de la société. J’avais adoré !

La mission n’était donc pas impossible. Je ne la referai pas une troisième fois, mais ce tag me rappelle à quel point il faut que j’avance dans ma PAL. Ça va d’aller, comme on dit chez nous !

Advertisements

6 thoughts on “Tag #10: Qui a peur du grand méchant livre ? (Clap deuxième)

  1. Le Cercle des poètes disparus ❤ J'ai beaucoup aimé le livre et le film m'a fait pleurer T_T
    Je suis curieuse pour "la ferme des animaux" de Georges Orwell ! je vais le rajouter pour le coup 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

You are commenting using your WordPress.com account. Déconnexion / Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

You are commenting using your Facebook account. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

You are commenting using your Google+ account. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s