Le testament secret de Pépito Mac Strumbble, de Raphaël Le Mauve (Masse Critique Babelio #4)

Dernier envoi reçu via la Masse Critique Babelio, et je vais t’avouer d’emblée deux choses : je ne sais pas pourquoi j’ai demandé ce livre ET il s’avère que c’est probablement la plus grosse déception littéraire que j’ai eue.

Peut-être est-ce le côté prétendument loufoque de l’histoire qui m’a attirée ? Ou le titre, et ce Pépito Mac Strumbble – il est tentant. Mais malheureusement, je ne vais pas pouvoir être positive sur ce livre de Raphaël Le Mauve. Et je vais commencer par ce qui m’a finalement le plus dérangée : ce livre n’a pas été relu avant édition, ou s’il l’a été, que l’on vire ce relecteur. Je fais partie de ces gens que des fautes peuvent vite perturber. Mais ça ne m’arrête pas, non plus. Des fautes, j’en fais aussi. Vous en trouverez ici (bien que j’essaye de me relire de temps en temps, et de corriger dès que l’on me transmet une remarque). Et j’avoue attendre d’une maison d’édition un minimum de sérieux. Or, ces fautes (on parle ici de « à » au lieu « a », ou de verbes à l’infinitif après un auxiliaire, quand même) me font penser que ce livre est une vaste blague – ou que l’on manque assez de respect au lecteur que pour ne pas avoir pris la peine de vérifier le livre avant de l’éditer. Soit. (je précise ici que j’ai écrit un mail pour les prévenir, afin qu’il puisse modifier cela si possible)

Tout cela aurait pu passer, peut-être, si l’histoire en valait la peine. Mais on assiste ici à une histoire malheureusement faiblarde, se voulant comique mais loupant le coche à de nombreuses reprises. La trame pourrait se défendre, et c’est au fond une bien longue nouvelle que j’aurais peut-être plus appréciée en version courte, racontée par un bon conteur lors d’un événement familial. Là, l’impression que j’ai eue est que l’auteur a, un beau jour, imaginé les traits de cette histoire. Il se disait qu’il tenait quelque chose de bon, et c’était probablement possible. Mais finalement, le développement l’a poussé à tirer sur des cordes qui étaient déjà trop usées – de l’humour gras, des personnages aux noms exagérément clichés, des rebondissements trop spectaculaires pour une histoire qui n’a pas la largeur d’épaules nécessaire pour les porter. Rien n’est exploré à fond, et pourtant, on en sait déjà trop.

Pépito Mac Strumbble a un destin qui semble trop incroyable pour lui, et c’est exactement ce qui arrive avec cette histoire – une histoire qu’on a voulu trop incroyable, et qui devient ingérable, et perd tout son charme.

Je suis désolée d’avoir lu ce livre, j’aurais préféré qu’il me reste inconnu et qu’on vive nos vies, chacun de notre côté.

Advertisements

3 thoughts on “Le testament secret de Pépito Mac Strumbble, de Raphaël Le Mauve (Masse Critique Babelio #4)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

You are commenting using your WordPress.com account. Déconnexion / Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

You are commenting using your Facebook account. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

You are commenting using your Google+ account. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s