X-Men : Apocalypse

 

Le dernier volet sorti en salle de la saga des mutants est loin d’être le meilleur des X-Men. Mais pourtant, il y a quelques aspects positifs à en retirer. Découverte d’une Apocalypse.

Les aventures de Professeur X, Magnéto, Mystique et compagnie n’ont pas cessé de nous divertir depuis 2000. Une première trilogie largement convaincante, des origines, et maintenant, la conclusion d’une nouvelle trilogie avec Apocalypse. Les mutants n’ont rien à envier aux comics les plus en vue aujourd’hui à Hollywood. Pour ma part, ils sont les seuls à avoir gagné ma fidélité dans les salles obscures, bien qu’ils soient désormais peut-être moins plébiscités.

On les retrouve ici dans une nouvelle aventure, qui s’ajoute à une ligne du temps désormais brouillée après les événement de Days of Future Past. On retrouve nos mutants dans l’adolescence de Jean Grey, Tornade, ou encore Scott, dans l’école du Professeur X, qui croit encore qu’il est possible aux mutants et aux humains de vivre ensemble.

Mais ces petites vies assez tranquilles sont bouleversées par des événements, selon toute vraisemblance, mutants qui, apparemment, trouvent leurs origines en Egypte. En Sabah Nur, un mutant issu de l’Egypte antique, va quand même pas mal mettre la planète en danger. Après être “réveillé” par des fanatiques un peu inconscients, En Sabah Nur va regrouper ses quatre “cavaliers de l’Apcalypse” (en quelque sorte), des mutants qui ne nous sont pas tous inconnus, pour anéantir les sous-espèces : nous quoi, les humains, voire même les mutants pas assez forts.

Qu’on se le dise, toute cette partie de combat contre ce super-mutant est la partie qui m’a le moins intéressée dans le film. Tout ce qui nous y amène, par contre. Je vous le disais, on retrouve dès le début nos héros dans leurs jeunes années. Et nous allons pouvoir les voir apprendre, très rapidement, à maîtriser leur pouvoir afin de les utiliser au mieux. Tout ce parcours dans le caractère en devenir de ceux qui deviendront les profs de l’Ecole des Mutants (Cyclope, Jean Grey, Tornade, etc.) est vraiment intéressant, j’ai trouvé. Intéressant également, la mise en avant de personnages qui sont d’habitude plus à l’arrière plan : le Fauve, par exemple. Mais surtout, surtout, surtout – il y a encore QuickSilver, ce mutant doté d’une supervitesse, et joué par l’excellent Evan Peters (American Horror Story). Je dois avouer qu’un film sur QuickSilver m’emmène directement au cinéma, sans pourtant que son personnage ne soit si développé.

Voilà donc un point de vue en demi-teinte sur ce qui sera peut-être le dernier volet de nos mutants (même si Wolverine 3 est en préparation). Mais malgré cette demi-teinte, j’espère quand même poursuivre mon aventure avec eux. Et je le disais déjà lorsque j’avais regardé ce magnifique documentaire sur les super-héros : un jour, je les lirai !

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

You are commenting using your WordPress.com account. Déconnexion / Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

You are commenting using your Facebook account. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

You are commenting using your Google+ account. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s