La bicyclette bleue (La bicyclette bleue #1), de Régine Deforges

Voilà, avec quelques semaines de prolongations, me voici arrivée à mon dernier but pour l’Euro 2016 des Livres. Avec la Bicyclette bleue, je clôture mon premier challenge de l’année.

Mais qu’en penser finalement ? Je ne vous cacherai pas qu’il était celui qui me tentait le moins dans ma super-team, d’où sa position de petit dernier dans mes lectures. Et je ressors de ce bouquin mi figue, mi raisin : est-ce un livre sur la résistance française lors de la seconde guerre mondiale, ou une romance souvent explicite mettant en scène l’héroïne, Léa Delmas, dans ses amours ?

Je vous avoue que même en y pensant bien, je n’arrive pas à me décider. D’un côté, nous avons Léa, jeune fille au début de l’histoire. La guerre éclate, et même si elle ne s’y intéresse pas au début, elle va finir par représenter la femme forte, prête à prendre les bonnes décisions pour survivre, puis pour aider, résister. Elle et sa bicyclette bleue vont devenir des symboles de résistance. Malgré les grands malheurs qui s’abattent sur elle et ses proches, elle continue, elle cherche des solutions. Cette Léa-là, et tout cette histoire, sont vraiment intéressantes. Différents personnages, différentes villes, différents camps – tout cela nous permet d’appréhender la guerre comme la France l’a vécue sous des aspects variés, et tous intéressants.

Mais à côté de cela, l’auteure a voulu faire de Léa une séductrice. Passe encore me direz-vous. Si ce n’est que cette faim des plaisirs charnels finit par prendre parfois plus d’importance que des moments-clés de l’histoire de résistance. Léa finit par être plus séductrice que cette femme forte pourtant si attachante. Et avec cet aspect pas toujours nécessaire du livre, Léa, mais aussi ses comparses masculins (Laurent, Mathias, mais surtout François) perdent de leur charme, de leur force et de leur prestance. Je trouve qu’il y a là un petit raté dans le livre, qui me pousse à craindre la suite.

En effet, La Bicyclette bleue, c’est une saga. A première vue, je ne vais que lire les trois premiers tomes – ceux qui se contentent de la Seconde Guerre Mondiale (après, il semblerait que Léa fasse tous les combats de la planète – Algérie, Indochine, Cuba). J’espère que les ardeurs de l’héroïne se calmeront pour laisser une plus grande place à l’aspect de l’histoire qui m’intéresse réellement : la résistance.

1606920_10152519587471506_9095949074141335218_n

Onzième (et dernier!) goal marqué dans le cadre de mon défi Euro 2016 des livres. (dans les prolongations)

Advertisements

5 thoughts on “La bicyclette bleue (La bicyclette bleue #1), de Régine Deforges

  1. Ping : Challenge – Euro 2016 des Livres | Les écrits de Julie

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

You are commenting using your WordPress.com account. Déconnexion / Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

You are commenting using your Facebook account. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

You are commenting using your Google+ account. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s