The walk – Rêver plus haut, de Robert Zemeckis.

Lorsque je regarde un film, il est vrai que la qualité des images ou paysages proposés m’apporte beaucoup, lorsque cela a de l’importance pour l’histoire. En regardant The Walk, il me fallait donc des images faisant sentir le vide et le risque – sans quoi cela fonctionnerait moins.

Quoique. Normalement, Joseph Gordon-Levitt est devenu, au fil des films, un gage de qualité pour moi. Il apporte ce petit truc en plus en tant qu’acteur, et ce qu’il nous montre de l’être humain qu’il est a un petit côté mystère qui ajoute au charme du personnage.

Mais alors, avec The Walk, c’est la chute libre ou le septième ciel ?

Et bien pour moi, c’est clairement au ciel que nous emmène ce film. Racontant l’histoire de Philippe Petit, The Walk nous présente ainsi un homme pour qui le ciel est la seule limite. Il est un petit funambule qui rêve de grand, et tente de gagner sa croûte en attendant dans les rues de Paris. Marcher sur un film, il l’a appris grâce à Papa Rudy, un propriétaire de cirque et détenteur d’un tas de secrets du métier.

Mais un jour, Philippe Petit va se blesser à la dent lors d’une de ses représentations rurales. Il croise alors son destin au détour d’un magazine de salle d’attente du cabinet dentaire. Il tombe en effet sur un article présentant un projet immobilier sans précédent : deux tours jumelles en plein New-York. A partir de là, Philippe Petit n’a plus qu’une seule obsession – installer son fil entre ces deux énormes piliers.

Pour moi, ce film est une totale réussite. D’abord, parce que Joseph Gordon-Levitt y apporte sa petite étincelle. Le rôle lui va très bien, et il nous emmène à merveille dans ce pari fou. Le reste du casting est aussi très efficace, avec une équipe de complices un peu bras cassés, mais tout attendrissants, tant ils ont à cœur d’aider cet homme à réaliser l’impossible. Dangereux et illégal, tous connaissent les risques, mais la passion dans les yeux de Philippe Petit est si forte qu’ils mettent tout en oeuvre pour l’y aider.

Ensuite, les images. J’ai commencé avec leur importance et vous avouerai qu’elles font plus que bien leur boulot. J’ai tendance à être à la fois apeurée et attirée par le vide, le tout formant une drôle de sensation dans mon ventre.Et cette sensation, les images du film ont réussi à me la donner. C’est pour moi une des très belles réussites, à côté de cette histoire très prenante de tenter l’impossible.

Enfin, je ne vous cacherai pas que j’ai vu dans ce film un hommage superbe au World Trade Center. Sa représentation et son évocation restent taboues dans le cinéma américain, et j’ai trouvé ici un hommage simple et très fort de leur grandeur et du souvenir qu’elles ont pu laisser dans le cœur des habitants.

The Walk m’a donc énormément touchée, en restant simple et très esthétique. C’est donc un film qui s’ajoute à ma liste de très vive recommandation !

Advertisements

3 thoughts on “The walk – Rêver plus haut, de Robert Zemeckis.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

You are commenting using your WordPress.com account. Déconnexion / Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

You are commenting using your Facebook account. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

You are commenting using your Google+ account. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s