Popcorn Cinéclub #2 : Loin de la foule déchaînée

Je rends mon devoir pour le Popcorn Ciné Club de février très en retard (pour ne pas changer), mais il n’empêche que je l’ai fait ! J’ai donc pris le temps de m’installer devant ma télévision pour profiter du film Loin de la foule déchaînée. La première précision, c’est que j’ai profité de la version de 2015. Parce que sache, ô passant, qu’il existe une version de 1967. Et j’ai essayé. Et j’ai eu du mal. J’ai dû voir 5 minutes, puis j’ai tenté d’avancer une partie extrêmement inintéressante. Et c’est là que je me suis rendu compte que le film durait 2h50. C’est à ce moment-là que je me suis dit que la version de 2015 serait suffisante, et que je ne voulais pas rentrer dans une analyse poussée de l’évolution du film.

D’autant plus que, sache-le d’emblée, comme beaucoup de mes amies du ciné-club qui ont rendu leur copie dans les temps, le film ne m’a pas emballée plus que ça. Il y avait pourtant des éléments faits pour me plaire : la campagne anglaise, la période durant laquelle l’histoire se déroule, un belge au casting, et Tom Sturridge. Mais ça n’a pas suffi. Déjà parce qu’ils ont mis la moustache à Tom Sturridge, et donc là je ne peux que dire non.

maxresdefault

Mais aussi parce qu’au début du film, ils nous ont présenté Batsheba (moué, on repassera pour le nom), qui se permet, alors qu’elle n’est finalement que fille de ferme, de refuser les avances de Gabriel Oak, le fermier voisin, quelqu’un qui pourrait lui assurer un certain avenir (avant le suicide collectif de ses moutons, shame). Là, je craque. Je me dis que c’est génial, qu’ils nous ont mis une femme forte. En plus, c’est Carey Mulligan, qui était dans Les Suffragettes, que j’ai vu il y a quelques mois. Donc, ça pouvait très bien donner. Elle va même devenir responsable d’une ferme, un monde relativement masculin. Et elle réussit à s’y imposer.

Et puis, elle va devenir mièvre – je sais que Tom Sturridge  peut provoquer cet effet. Dans ce petit bijou qu’est Good Morning England, il me l’a fait aussi. Mais la femme forte qu’on nous a donc montrée pendant une bonne partie du film va se transformer en midinette, qu’on a presque envie de prendre en pitié, mais en fait non, parce que c’est énervant.

Finalement, la version de 2015 semble très longue elle aussi, avec des rebondissements qui donnent envie de secouer très fort certains des personnages. Mais bon, parce que j’ai envie aujourd’hui de finir sur du positif, je renote la beauté des paysages que l’on m’a présenté !

Advertisements

6 thoughts on “Popcorn Cinéclub #2 : Loin de la foule déchaînée

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

You are commenting using your WordPress.com account. Déconnexion / Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

You are commenting using your Facebook account. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

You are commenting using your Google+ account. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s