I don’t feel at home in this world anymore

Raaah au secours. Nos trois mois Netflix se finissent bientôt, et nous ne savons toujours pas si on continue après ou non. Le fait est qu’on s’y attache, à ce catalogue gigantesque.

D’autant plus qu’il faut l’avouer, Netflix a de plus en plus de bons arguments pour peser dans la balance. Et par arguments, je veux dire bonnes productions propres.

Leurs séries sont d’une qualité remarquable, peu importe le genre. A tel point qu’un beau jour, je me suis dit : et leurs films, que valent-ils ? Bref, j’ai regardé un film Netflix. Si El Faro de las orcas me faisait de l’oeil (et m’en fait encore), ça avait l’air d’un film un peu dur point de vue émotions. Et pour le moment, ce n’est pas ce dont j’ai besoin. Donc j’ai fouillé et fouillé encore dans ce catalogue, pour me retrouver sur « I don’t feel at home in this world anymore ». Non, en vrai, je suis surtout tombée sur la tronche d’Elijah Wood et un pitch de film un peu WTF, donc j’ai plongé. Il ne m’en faut pas plus, moi, monsieur !

i-dont-feel-at-home-in-this-world-anymore-elijah-wood-melanie-lynksyd870f71_o-1200x520

Ruth est infirmière. Un soir, après avoir eu une journée un peu merdique comme on en vit tous, elle rentre chez elle et s’aperçoit qu’elle a été cambriolée. Les voleurs ont notamment emporté son laptop, et l’argenterie de sa grand-mère décédée, avec qui elle était très proche. La police n’ayant pas l’air de vouloir déployer les grands moyens, Ruth va se mettre à vouloir faire justice elle-même. Elle fait notamment une enquête de voisinage et tombe sur Tony (Elijah Wood n’est pas dans son rôle le plus sexy). Tony est fan de heavy metal, s’entraîne seul chez lui aux arts martiaux (dont la maîtrise du nunchaku), et laisse son chien faire ses besoins sur la pelouse de Ruth. Ensemble, ils vont traquer les voleurs, et être emmenés dans une aventure qui va quelque peu bouleverser leur vision de la vie.

Le film est totalement WTF, et s’enfonce de plus en plus dans le loufoque. J’avoue que ma première tentative de visionnage n’a pas été super fructueuse, et que je me suis endormie. Mais j’ai retenté le coup sans la même dose de fatigue, et la mayonnaise a pris entre cette production indépendante et moi-même. Amoureux, qui est arrivé en plein milieu, s’est par contre un peu demandé c’était quoi ce bazar. Et tout au long du film, on est en droit de se poser la question : mais au fond, qu’est-ce que je suis en train de regarder ?

iivlpo3

Et bien au bout du compte, j’ai regardé l’histoire de deux individus un peu seuls dans la vie qui vivent ensemble une habitude qui les sort complètement de leur routine. J’ai regardé une histoire loufoque, qui permet aux héros de reprendre un peu leur place dans la société, et surtout, dans leur vie. J’ai regardé un film qui sort des sentiers battus, et nous propose quelque chose d’original. Bref, j’ai apprécié, même si j’admets qu’il faut un certain état d’esprit pour pouvoir profiter pleinement de ce qu’on nous propose. Le titre dit tout, et sans trop de spoil, on peut se douter que Ruth aura trouvé ce qu’il lui fallait pour « se sentir chez elle dans ce monde » finalement. Pour une première réalisation Macon Blair envoie quand même du lourd !

CORRECTION : en fait, le film n’est pas une production Netflix, mais un film indépendant présenté (et primé) au Sundance 2017 – j’étais persuadée d’avoir vu le petit cachet « Production netflix ».

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

You are commenting using your WordPress.com account. Déconnexion / Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

You are commenting using your Facebook account. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

You are commenting using your Google+ account. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s