Dans ma bédéthèque S02#05

On se retrouve déjà avec un nouvel opus de ma découverte de la BD – tu vois, j’avais dit que je serais plus assidue dans ce rendez-vous !

Là où vont les fourmis (Plessix & Le Gall) (Editions Casterman)

plessixlaouvontlesfourmis_1_Un titre qui interpelle, une couverture qui fait rêver. Il ne m’en fallait pas beaucoup plus pour succomber à la tentation de sortir cet ouvrage de la bédéthèque paternelle.

Dans cet album, on nous propose un joli conte qu’on place dans une zone relativement aride, au Maroc ou en Algérie par exemple, plutôt hors de la ville. Le petit Saïd a tendance à rêvasser en suivant les fourmis partout pour percer à jour ce grand mystère : finalement, elles vont où, ces fourmis ? Quand son grand-père le force à devenir le nouveau surveillant du troupeau, Saïd doit faire face à des responsabilités qu’il ne voulait pas ! Heureusement, il se rend compte rapidement que dans le troupeau de son grand-père, il y a une chèvre pas comme les autres. Zakia sent mauvais, certes. Mais surtout, elle parle ! En s’enfuyant avec Zakia pour lui sauver la vie, Saïd va finalement suivre les fourmis et se lancer dans une petite aventure qui va lui faire comprendre l’importance de continuer à rêver, tout en gardant les pieds sur terre.

Si la BD peut être prise comme très légère, elle se révèle en fait rapidement être un joli petit conte dont la morale ne laisse pas indifférent. Une belle découverte donc !

Le singe de Hartlepool (Lupano & Moreau) (Editions Delcourt)

singedehartlepool-uneLes plus belles surprises dans la bédéthèque paternelle, c’est quand je m’aperçois qu’il y traîne une bande-dessinée que j’avais hésité à acheter. Non seulement je me fais une joie de la lire, mais je suis heureuse de savoir que mon Daddy Cool et ma belle-mère ont les mêmes goûts que moi !

Trêve de blabla donc. Cette BD nous emmène dans la guerre napoléonienne, quand anglais et français se combattaient et se détestaient. Un navire français fait alors naufrage sur la plage de la petite bourgade anglaise de Hartlepool. Voyant là une occasion en or de percer à jour les plans de Napoléon et d’offrir une aide inestimable à leur royaume, les anglais du village décident de torturer le seul survivant de l’équipage. Oui mais voilà, les habitants d’Hartlepool n’ont jamais vu de Français de leur vie… ni de singe. Il faut donc leur excuser leur méprise quand ils décident de condamner à mort le singe qui voyageait avec l’équipage français.

Un peu comme Là où vont les fourmis, l’histoire peut paraître légère. Absurde même dans ce cas-ci. Et pourtant, elle est forte d’une morale essentielle, et qui fait du bien dans ces périodes un peu moches. Cette morale qui veut que la peur de l’étranger et les discours de haine peuvent mener à des comportements fort idiots. Vous l’aurez compris, cette fournée de lectures était donc plus que positive !

Advertisements

2 thoughts on “Dans ma bédéthèque S02#05

  1. Ping : Dans ma bédéthèque S03#24 | Les écrits de Julie

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

You are commenting using your WordPress.com account. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

You are commenting using your Google account. Déconnexion /  Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

You are commenting using your Facebook account. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.