La déclaration universelle des droits de l’enfant illustrée des Éditions du Chêne

Décidément, la chance me sourit avec les Éditions du Chêne. Alors que j’avais gagné la Déclaration universelle des Droits de l’Homme illustrée via une Masse Critique de Babelio, j’ai remporté cette fois l’édition enrichie de la Déclaration universelle des Droits de l’Enfant illustrée via un concours sur Facebook.

Et si la première datait de 1948, les Droits de l’Enfant n’ont, finalement, que quelques mois de plus que moi : ils datent du 20 novembre 1989. A cette date, les Nations Unies se mettent d’accord sur un texte qui permettra de protéger les enfants du monde face aux trop nombreuses choses qui les menacent.

Encore une fois, je ne vais pas prétendre rentrer dans le fond de la problématique, et te renvoie plutôt vers la CODE en Belgique par exemple, coordination des ONG pour les droits de l’enfant.

Mais si on se penche sur l’objet livre, encore une fois, c’est un indispensable plutôt réussi. Dans la version « hardback » à 14,9 € que j’ai reçue, on retrouve trois parties : une première reprend les articles de la convention, adaptés à la lecture par un enfant de dix ans (le vocabulaire est donc totalement accessible). Les dessins qui ont été ajoutés sont tous très jolis et très adaptés à l’article qu’ils représentent, avec certains coups de cœur malgré tout.

capture-d-cran-2017-11-20-10-59-04-990x640

On retrouve entre les articles quelques extraits de rapports d’ONG, de chansons de Brel ou de livres qui traitent des enfants et de leurs droits de façon différente. Cela permet de pousser la réflexion éventuellement, en comprenant ce qu’il faut encore faire.

Ensuite, il y a une copie du texte original (cette fois donc sans le vocabulaire retravaillé pour être accessible aux enfants). Et le livre se termine par la biographie des différents illustrateurs (et il y a quelques noms à garder en tête).

Ce sont des textes, les Droits de l’Enfant comme les Droits de l’Homme, qui DOIVENT être connus, lus, mis en question. Et cette édition illustrée permet de le faire en se mettant au niveau de l’enfant et en cherchant donc à en parler avec lui. C’est donc ça qui, pour moi, fait de cette collection une réussite.

Je parle plus haut de la version « hardback » à 14,90€. Comme pour les Droits de l’Homme, il existe aussi une version petit format à 2,90€ , ce qui n’est RIEN. Et croyez-moi, ce sont des piqûres de rappel à lire et à relire.

3 thoughts on “La déclaration universelle des droits de l’enfant illustrée des Éditions du Chêne

  1. Ping : #Popsugar #ReadingChallenge #2017 | Les écrits de Julie

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

You are commenting using your WordPress.com account. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

You are commenting using your Google account. Déconnexion /  Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

You are commenting using your Facebook account. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.