Etre à court #4

Bon, je t’avoue que je ne suis pas tellement à court pour le moment (enfin, je ne le serai plus quand j’aurai rédigé toutes mes chroniques). Mais fin 2017, j’ai lu plusieurs petits formats pour faire monter le compteur GoodReads – et ces petits formats, j’aimerais t’en parler à un moment. Donc je me suis souvenue qu’un jour de désespoir bloguesque, j’avais lancé cette catégorie. PARFAIT.

Mon hamster est un génie, de Dave Lowe.

bandeau_premiere_lecture_mon_hamster_est_un_genie-620x350

J’ai reçu ce livre gratuitement après des soldes un peu folles au Furet du Nord durant l’été 2017. A l’achat de x format poches, on pouvait choisir des livres à la sortie. Nos achats ont fait qu’on a pu choisir je crois 6 ou 7 livres parmi les propositions sur le présentoir, et autant te dire tout de suite qu’en fin de soldes, le choix n’était pas dingue.

Mais j’ai pris ce livre, et pour parfaire ma culture générale, il était important que j’en prenne connaissance quand même un jour (même si je pense qu’il va finir dans une boîte à livres ensuite).

Vous l’aurez compris, il s’agit d’un livre jeunesse, une histoire assez courte qui permet de faire comprendre aux jeunes enfants qui la lisent que :

  • un animal de compagnie implique des responsabilités
  • travailler pour l’école quand on rentre à la maison, c’est important
  • parfois, tu tombes sur un hamster tellement balaise qu’il te fait tes devoirs de maths (ah, on me souffle dans l’oreillette que non, ça, non)

L’histoire est mignonne, mais assez simpliste – mais pour cette tranche d’âge, j’avoue que ça convient malgré tout. Evidemment, un hamster qui a la bosse des maths, c’est attachant. Evidemment aussi, il y a une morale derrière tout ça, et le petit garçon va comprendre (GROS SPOIL) que la meilleure technique est de comprendre par lui-même. Mais ma lecture a été moins décevante que ce à quoi je m’attendais, donc elle a sa place par ici.

Du coup, il semble que je pourrais, dans un accès de folie, poursuivre les aventures de ce hamster – qui, dans les tomes suivants, est aussi un espion, un pirate, un détective et j’en passe. Mais ça ne sera pas non plus dans mes priorités littéraires.

The fox and the star, de Coralie Bickford-Smith

Avant de te parler du livre en soi, je te dois te dire deux choses. Tout d’abord, je dois te rappeler l’existence sur les Internet de Bloomsbury Muffin – qui propose des livres avec des couvertures qui peuvent être tellement sublimes qu’on ne peut que succomber. C’est là que j’ai vu ce livre pour la première fois.

Ensuite, je dois te dire quelle aventure j’ai vécu pour me procurer ce livre. Après vérification, je vois que l’article du Muffin sur ce livre date de janvier 2016 – c’est-à-dire qu’il me fait de l’œil depuis. Finalement, fin de l’été 2017, je décide de craquer enfin et je demande à un géant virtuel de me livrer cette merveille dans les plus brefs délais. Ce qui va suivre est la raison pour laquelle je vais faire mon grand retour régulier en librairie cette année – idée qui me trotte dans la tête depuis longtemps, mais ma mésaventure (comique, je te le concède) m’a confirmé que l’aspect humain me manquait énormément ! Bref. Sans plus de tergiversations, je te disais donc que je l’ai commandé. Quelques jours plus tard, mon colis arrive, et je le trouve un peu gros pour ne contenir que mon livre. Mais bon, tant mieux, c’est qu’il doit être vachement bien protégé. Mais non. Figurez-vous que quelque part, dans le schmilblick de ce géant, au lieu de mon sublime livre pour enfants en édition anglaise, j’ai reçu… une caisse de verres à vin. Cette anecdote a énormément fait rire mes proches, puisque je ne dis jamais non à un bon vin et que donc, ça pouvait être utile. Mais quand, au bout de deux mois, mon remboursement n’était toujours pas arrivé malgré renvoi des verres et en expliquant que « le retour était justifié par le fait que c’était un livre que j’attendais, et non des verres à vin », je me suis dit que c’était quand même trop pour moi.

Bref, cette anecdote va être plus longue que mon avis sur ce livre, puisque celui-ci peut s’arrêter à un mot : sublime. L’histoire est sublime, les dessins sont sublimes, l’objet-livre est sublime. Je suis très heureuse de l’avoir ajouté à ma bibliothèque, et j’ai hâte de passer par une librairie anglaise pour me procurer au plus vite The Worm and The Bird.

13_thefoxandthestar_29-stars-754x500

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.