Dans ma bédéthèque S03#02 & Club de lecture féministe de Carnet Parisien #5

On se retrouve aujourd’hui avec la lecture de février du Club de lecture féministe de Carnet Parisien, Paroles d’honneur – une BD de Leila Slimani et Laetitia Coryn (Editions Les Arènes BD).

Durant la tournée de promotion de son livre Dans le jardin de l’ogre, Leila Slimani a rencontré des tas de femmes, au Maroc, qui se livraient à elle quant à la place de la femme dans leur pays, et le tabou que reste au Maroc la sexualité. De ces discussions vont naître deux projets : Sexe et mensonges, un nouveau livre de l’autrice qui traite de la vie sexuelle au Maroc – et Paroles d’honneur, se basant sur les mêmes rencontres, mais mis en BD par l’illustratrice Laetitia Coryn.

img_5022

Leïla Slimani a écouté les déchirements d’une société où la femme ne peut être que vierge ou épouse. Où tout ce qui est hors la loi ou hors mariage est nié : prostitution, homosexualité, business de la nuit, protection des riches touristes sexuels et pédophiles, corruption de la police, etc.

Cette BD, c’est donc finalement un reportage auprès de différents membres de la société marocaine : des femmes qui ont choisi de vivre plus ou moins librement leur sexualité, des femmes qui n’ont d’autres choix que la prostitution pour faire vivre leur famille, des hommes également – ceux qui sont pour l’évolution des mœurs, mais ceux qui participent aussi au maintien d’une certaine norme qui veut qu’un homme peut entretenir des relations sexuelles avec une femme hors-mariage, mais qu’il n’envisage pas de se marier avec une femme qui ne soit pas vierge.

Certaines réalités marocaines m’ont parfois fortement troublé, pour la simple raison que je ne pensais pas que la sexualité y était encore aussi taboue. Cette BD permet de bien appréhender différentes facettes du problème : la religion, les lois marocaines, le poids de la famille, etc.

C’était une lecture extrêmement intéressante, et en aucun cas, moralisatrice. Certes, Leïla Slimani se positionne pour une émancipation de la femme et une sorte de liberté sexuelle, mais elle permet surtout de prendre conscience de la réalité.

Je dois avouer que certains passages m’ont un peu perdue, parce que l’histoire est parfois mise en image directement, ou alors par « quelqu’un qui a entendu que ceci s’était passé ». C’est parfois un peu dur à suivre, mais ça rentre dans l’idée que beaucoup de ce qui a été présenté dans ces témoignages a été présenté à Leïla Slimani par le biais d’histoires racontées au détour de sa tournée.

Bref, si je suis quelque peu mitigée sur la forme de ce qui nous est présenté, le fond me paraît intéressant et interpellant. Il s’agit donc encore une fois d’une belle sélection de la part de Carnet Parisien, qui permet de nous ouvrir à des combats féministes sous d’autres latitudes, et je l’en remercie.

Advertisements

2 thoughts on “Dans ma bédéthèque S03#02 & Club de lecture féministe de Carnet Parisien #5

  1. Mince, j’avais oublié de le mettre dans mon planning de lecture ! Je vais peut-être y remédier ce week-end. En tous cas ça a l’air intéressant comme tout, tu me donnes envie. Merci du rappel !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

You are commenting using your WordPress.com account. Déconnexion /  Changer )

Google photo

You are commenting using your Google account. Déconnexion /  Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

You are commenting using your Facebook account. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.