The Amazing Spiderman

Je vous rassure, on a bientôt fini la liste des films que je dois revoir pour venir vous en parler, mais j’en ai encore quelques-uns en stock. Ce petit Spiderman, cela fait plus d’un an que je l’ai vu pour la première fois, en vacances, sur une chaîne française. J’avais plutôt un bon souvenir de la version avec Toby Maguire, donc ça ne me dérangeait pas trop de découvrir ce qu’ils en avaient fait pour cette nouvelle version.

Et franchement, j’ai été conquise. Parce que j’aime beaucoup le duo Andrew Garfield et Emma Stone, déjà. Mais aussi parce que ce SpiderMan est plus dynamique, un peu plus drôle, bourré de répartie et bien plus intéressant que dans mon souvenir. Bien qu’il ait une grosse responsabilité sur les épaules, ils en ont fait un personnage un peu plus cool, et ce n’est pas pour me déplaire, j’avoue.

7771640005_andrew-garfield-incarne-l-homme-araignee-dans-the-amazing-spider-man-2-en-salle-le-30-avril

Dans ce premier film, Peter Parker est toujours au lycée quand il se fait piquer. Il est loin d’être le populaire, mais il survit à ces années malgré tout. Sa piqûre et ses nouveaux pouvoirs vont un peu changer tout pour lui, d’autant plus que le tout arrive à peu près au même moment que la mort de son Oncle Ben (je ne spoile rien, tout le monde sait qu’Oncle Ben doit mourir à un moment ou un autre). Peter Parker a donc perdu son autorité paternelle, et se découvre un tas de nouveaux pouvoirs assez flippants dans le même temps. C’est donc normal que SpiderMan agisse de manière plus décontractée : il est toujours ado, mine de rien. Toutefois, ils vont quand même lui laisser juste ce qu’il faut de maturité et de responsabilité pour que le tout ait un rend sérieux sans l’être.

Je te l’ai dit, j’aime beaucoup les acteurs qui campent les deux personnages principaux, et l’alchimie passe extrêmement bien entre eux pour le côté sentimental du film – ni trop de sentiments, ni pas assez. Sally Field en tante May et Martin Sheen en Oncle Ben ajoutent vraiment un côté très doux à la famille de Peter, de vrais parents qui veillent de loin, ça se ressent et ça ajoute à la qualité du casting.

Je n’ai cependant pas été fan de ce premier méchant, le Lézard, qui n’était pas si incroyable que ça à mes yeux – peut-être parce que je revoyais le film, peut-être parce que les reptiles ne m’ont jamais vraiment fait peur. Mais Rhys Ifans campe malgré tout très bien le scientifique torturé entre l’éthique et l’envie de faire avancer la science. Ce qui m’a plu, en revanche, c’est la relation qu’entretiennent Peter et le Dr Connors, qui rend cette poursuite du « méchant » plus relative et qui fait que Peter peut soulever des questions intéressantes. Il a très envie de sauver son mentor, mais en même temps, ses nouveaux pouvoirs et ce que son oncle lui a enseigné voudrait qu’il neutralise la menace. Peut-il le faire sans victime ? La réflexion est intéressante.

maxresdefault

Tu devines bien si dans ma liste des films dont je dois encore te parler, tu penses qu’il y a The Amazing Spiderman 2 du coup, puisque le 1 est clairement une bonne surprise !

Une réponse sur « The Amazing Spiderman »

  1. Ping : The Amazing Spiderman 2 | Les écrits de Julie

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.