Exposition : The world of Tim Burton au C-Mine (Genk) (#VisitBelgium #24)

Le 27 octobre dernier, j’ai été me perdre du côté de Genk, en Flandre, pour visiter l’exposition The World of Tim Burton, qui avait installé ses quartiers dans les galeries du C-Mine.

Avant de rentrer dans le vif du sujet, je dois te dire que je n’avais jamais visité le C-Mine, et que je ne l’ai pas beaucoup plus fait ce samedi 27 octobre. Si l’exposition y a pris place, on est un peu trop absorbé par les œuvres du réalisateur génial que par l’ancienne mine de houille. Mais, nous faisions quand même partie des quelques visiteurs qui ont pris le temps d’apprécier la grandeur du bâtiment, les anciennes machineries encore visibles, etc. Je n’y avais jamais mis les pieds donc, mais je n’exclus pas de surveiller ce qu’ils y proposeront à l’avenir.

View this post on Instagram

C-Mine en haut

A post shared by Julie Juz (@juliejuz) on

De plus, un festival de cirque se déroulait en extérieur et dans des parties « publiques » (accessibles même sans ticket) du musée. On a pu admirer, par exemple, des gens en train de traverser le vide entre les installations minières sur une slack-line (chose que l’on pratique un peu avec Amoureux, mais à 50 cm du sol).

View this post on Instagram

C-Mine et cirque. Et Tim Burton.

A post shared by Julie Juz (@juliejuz) on

Bref, c’était plutôt une bonne découverte. Je dois toutefois noter que les services autour du C-Mine ne m’ont pas spécialement fait bonne impression : serveur désagréable dans un café, accès au parking très mal nettoyé. Mais c’est du chipot, et ça n’a pas gâché mon plaisir plus que ça.

Plongeons donc dans le vif du sujet plutôt. L’exposition regroupe des dessins, peintures & co. réalisés par Tim Burton lui-même à plusieurs périodes de sa vie. Entre naissance de certains de ses personnages icôniques ou croquis du monde à travers son œil que l’on sait si particulier, le visiteur va donc pouvoir découvrir un aspect un peu moins connu de l’œuvre de ce réalisateur de talent.

View this post on Instagram

C-Mine & ballon

A post shared by Julie Juz (@juliejuz) on

Personnellement, l’œuvre de Burton a une valeur un peu sentimentale, puisque je l’associe immédiatement à mes deux cousines maternelles, avec qui ma sœur et moi avons de très bons liens. C’est indéniablement elles qui m’ont initiée à Burton – ce qui étaient des classiques de leur enfance (Alice aux pays des merveilles ou L’étrange Noël de Monsieur Jack) sont pour moi des films liés à leur maison, que je ne voyais que là. C’est un peu plus tard que j’ai appris à aimer Burton « par moi-même », et encore, via ma sœur cette fois, qui est tombée sous le charme du sublimissime Big Fish. Petit à petit, j’ai fait mon bonhomme de chemin dans son œuvre et cette exposition était donc l’endroit idéal pour un chouette moment entourée par mes proches.

Ma cousine a hésité à emmener sa fille à l’exposition, de peur que ça lui fasse un peu « peur ». Après coup, elle a décidé qu’elle aurait pu l’emmener pour cet aspect-là. Finalement, c’est plutôt le côté « regarder des dessins à la file indienne tellement il y a du monde » qui aurait fait que ce n’était pas adapté à notre petite croquette. Il y avait toutefois quelques jeux dans l’espace « public » du musée – jeux qui reprenaient les graphismes de Burton, de quoi amuser petits et grands.

Une première partie ne reprend que des dessins et des statuettes de personnages des films. Après ça, nous avons fait une pause-repas avant la seconde partie. J’avais lu que le petit snack du musée s’était transformé en joli lieu de pique-nique « à la Big Fish » pour l’occasion, nous avons donc testé cela. De la fausse herbe clôturée par des clôtures blanches et sur laquelle se trouvent des tables de pique-nique en bois, et le charme a opéré. Le snack propose des gaufres salées (en-cas, ou alors prenez-en plusieurs pour être repu) et des assiettes de nachos au chili con carne, par exemple. C’était plutôt bon !

La seconde partie va plus nous plonger dans les débuts de réalisateur, en nous montrant notamment quelques projets du jeune Tim Burton. On peut aussi regarder son travail sur deux clips des Killers – Bones et Here with me, et j’avoue que là j’ai appris quelque chose.

Finalement, j’ai été assez enchantée par ma visite, qui m’a évidemment donné envie de regarder certains films du réalisateur. L’exposition continue encore jusque la fin de ce mois de novembre avant de s’envoler vers une autre destination pour satisfaire un autre public.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

You are commenting using your WordPress.com account. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

You are commenting using your Google+ account. Déconnexion /  Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

You are commenting using your Facebook account. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.