Dans ma bédéthèque S03#32

Cette semaine, on va parler de deux sorties 2018. Deux sorties différentes, mais toutes deux humoristiques.

La première BD dont on parlera sera le cinquième tome très attendu d’une saga que je suis depuis les débuts de cette rubrique. La seconde sera la preuve que je craque assez facilement pour des BDs quand je rentre en librairie, mais que je peux faire ainsi de belles découvertes.

Ça te tente ?

Les Vieux Fourneaux, Tome 5 – Bons pour l’asile (Lupano & Cauuet)(Dargaud)

Cela devient un rendez-vous assez régulier entre les Vieux Fourneaux et moi, et j’avoue que je reste plutôt charmée par leurs aventures. Déjà le cinquième tome, et si certains trouvent que cela s’essouffle, de mon côté, je suis ravie de voir nos trois petits vieux évoluer dans leurs idées et leur quotidien de tome en tome. D’ailleurs, avant de commencer, faisons le point sur les tomes précédents : Tome 1, Tome 2, Tome 3, Tome 4.

Comme à chaque fois, plusieurs histoires différentes sont montrées en parallèle. Celle que je retiendrai le plus de ce cinquième tome, c’est probablement celle de Mimile, qui est devenu un « Mimilitant » alors qu’on ne le voyait que peu investi dans les combats de ses deux camarades.

Ni Yeux Ni Maître a un peu évolué et les créateurs de la BD avancent avec les événements du monde : l’accueil des réfugiés est un combat que nos petits vieux vont mener sans hésitation, et je suis plutôt heureuse de voir cela dans une BD.

Les éléments qui m’ont fait accrocher au premier tome sont pour moi toujours réunis ici et fonctionnent toujours très bien.

Il y a encore matière à des tomes suivants, et je serai toujours au rendez-vous pour le moment !

De la nécessité d’avoir un ours chez soi (Debhume)(Le Lombard)

Ce petit tome est sorti cette année lui aussi. Première BD de Debhume, je dois reconnaître que le gros nounours, cette teinte bleue qui touche tout sauf nos deux personnages, et ce titre, tout ça me faisait envie depuis quelques semaines quand je passais devant à la librairie.

Et j’ai donc finalement craqué pour cet album qui m’intriguait. On comprend très vite que la vie de Jules n’est pas spécialement à son goût. Il n’a pas l’air très heureux dans son travail, son estime de soi n’a pas franchement l’air au plus haut. Et maintenant, il doit se trimbaler Ernest, un ours, un vrai. Pas une hallucination, un vrai ours que tout le monde peut voir, qui prend de la place, qui fume, et aime la pêche et qui ne parle pas.

L’arrivée d’Ernest va quelque peu chambouler la vie de Jules. Tout comme sa rencontre avec Alice, dont il fait la connaissance en prison. Avec Ernest et Alice, Jules va petit à petit pouvoir se redécouvrir et devenir celui qu’il aurait aimé être depuis longtemps.

En fin de récit, tout n’est toujours pas parfait pour Jules, mais il a en tout cas évolué et on dirait qu’on peut le laisser là où il en est sans devoir s’inquiéter pour lui.

Entre histoire loufoque et jolie façon d’aborder cette descente parfois lente et qui passe inaperçu vers la dépression, cette BD m’aura fait beaucoup de bien. Qui plus est, j’aime beaucoup les traits de Debhume, notamment pour Ernest. Une bien jolie découverte, et un nom à surveiller donc.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

You are commenting using your WordPress.com account. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

You are commenting using your Google account. Déconnexion /  Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

You are commenting using your Facebook account. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.