The nice guys, de Shane Black

Figurant depuis longtemps sur ma to-see-list, ce film nous plonge dans le Los Angeles des années ’70 avec tout ce qu’il faut pour être une histoire prenante : des détectives privés aux méthodes douteuses, une actrice de film porno assassinée, des politiciens corrompus. Le cadre est planté très vite et les deux personnages principaux, joués par Ryan Gosling et Russel Crowe, nous embarquent assez facilement avec eux dans cette histoire qui va devenir bien plus grosse que ce qu’ils ne pensaient.

J’ai découvert plus tard que la personne derrière The nice guys, Shane Black, était aussi la personne derrière Kiss Kiss Bang Bang, qui reste probablement l’un de mes films préférés. Et en y regardant de plus près, on y trouve quand même quelques ingrédients qui font que les deux fonctionnent très bien.

Ici, le personnage de Ryan Gosling, Holland March, est un détective privé un peu alcoolique, qui n’hésite pas à accepter plus d’argent que nécessaire pour ses missions, voire à en soutirer un peu quand c’est possible. Il ne paye pas de mine aux premiers abords, mais finalement, on ne sait pas trop comment – avec une bonne part de chance et un talent pour son métier qu’il cache bien – il arrive à des résultats plutôt concluants. Holland March va tomber sur Jackson Healy (Russel Crowe), qui vient pour le tabasser – c’est son métier – et lui demander d’arrêter de chercher Amelia. On va le découvrir, Amélia est une piste dans l’affaire de March qui recherche une actrice porno dont il sait pertinemment qu’elle est morte, mais que voulez-vous, sa grand-mère est persuadée de l’avoir vue en vie deux jours après son décès.

Une fois que nos deux personnages se rencontrent, tout va partir en vrille à une vitesse incroyable. Finalement, Jackson Healy va reprendre contact avec March pour qu’il l’aide à trouver Amélia (qui avait donc payé Healy pour tabasser March), parce qu’il est persuadé qu’elle est en danger. Nos deux hommes aux méthodes douteuses mais qui sont quand même attachants vont se retrouver emportés dans un complot qui les dépasse grandement, ils vont faire confiance aux mauvaises personnes parfois et risquer leur vie, beaucoup.

Etant donné le côté super maladroit et l’alcoolisme de March, il finit par toujours se mettre dans le pétrin mais de façon extrêmement comique. Le film est donc une super enquête ponctuée par des gags assez réussis et j’ai personnellement eu beaucoup de mal à ne pas être totalement emportée par les événements.

Le duo Gosling/Crowe fonctionne bien. J’ai plutôt l’habitude de Gosling dans des rôles un peu sérieux, et j’ai été agréablement surprise par son jeu en tant que gros paumé, mais classe quand même. Cet acteur peut vraiment être surprenant, je le sais, mais ce film me l’a encore montré. C’est donc une très bonne découverte, que je vous conseille à 100 % pour passer un bon moment ciné à la maison… Et c’est dispo sur Netflix !

Advertisements

One thought on “The nice guys, de Shane Black

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

You are commenting using your WordPress.com account. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

You are commenting using your Google account. Déconnexion /  Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

You are commenting using your Facebook account. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.