This is Halloweek – Ciné : Ça

On commence cette semaine de frissons avec le film d’horreur que j’ai regardé cette année. Halloween étant la seule période où j’accepte de me faire un peu de mal en film, et puisqu’on a acheté un nouveau doudou plutôt efficace pour se cacher lors des scènes flippantes, Amoureux a proposé que l’on regarde enfin Ça, première partie.

Si je n’étais pas spécialement dérangée par les clowns avant – bien que je les trouve de plus en plus gênants, je dois avouer que Ça aura eu le mérite d’ajouter à mon malaise. Dès le début du film, on rencontre ce Pennywise inquiétant et qui bave un peu, il faut le dire, et qui colle parfaitement au rôle de clown flippant. Mais ça reste un clown, et les enfants étant moins méfiants que nous, le petit Georgie lui fait confiance et va lancer ainsi l’intrigue du film.

Bienvenue à Berry, petite ville où des disparitions ont lieu tous les 27 ans, semble-t-il. Nous sommes dans un cadre inventé par King, et donc ça ne pouvait pas être une ville tranquille. Outre ces étranges disparitions, on note quand même que les habitants sont presque plus inquiétants que Pennywise, et on peut comprendre que les enfants suivent le clown : brutes à l’école qui vont jusqu’à écrire au couteau sur le ventre de leurs pauvres victimes, père qui semble ne pas aimer que sa fille ne soit plus autant sans défense qu’avant, mère qui surprotège son fils, etc.

Tout ça n’est déjà pas reluisant en soi, mais Stephen King ne s’arrête pas aux immondices de la société, et il y a joute une « petite » touche de surnaturel et d’horreur. Je vais te le dire tout de suite – je n’ai pas lu Ça. Je vais t’avouer qu’après avoir vu le film, je ne sais pas si je veux le lire. Je sais que King écrit très bien l’horreur, et je me demande si le livre ne me mettra pas encore plus mal à l’aise que le film. Je ne peux donc pas te parler d’adaptation ici.

Mais je peux te parler d’un moment ciné pour une personne lambda, qui n’est pas plus accro que ça aux films d’épouvante, et être appuyée par l’avis plutôt positif de mon compagnon qui est beaucoup moins couillon que moi, reconnaissons-le.

Et notre avis, je le disais, il est assez positif pour ce premier volet. J’ai eu peur – et c’est finalement ce que je recherche. Mais il y avait derrière cette peur, une vraie histoire, un vrai cadre posé, une intrigue correcte. Il y avait aussi des personnages plutôt bien interprétés – que ce soit Pennywise, mais aussi dans le Club des Ratés. Il y avait une ambiance plutôt réussie, et un rythme qui me semblait approprié à l’histoire.

Bref, premier frisson d’Halloweek plutôt réussi pour moi. Suffisamment pour que je sois obligée de lancer un dessin-animé qui soit purement détente pour être sûre de dormir correctement après 🙂

Es-tu prêt pour le frisson lecture de demain ? (Moi pas, je n’ai pas encore fini le livre, oups)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.