Promenons-nous dans les bois, de Bill Bryson

En préambule à cette chronique, permettez-moi de dire ceci : même si je suis convaincue qu’il vaut mieux être informée sur les risques, je suis plus qu’heureuse de ne pas avoir lu cet ouvrage à un autre moment où il m’appelait, c’est-à-dire juste avant mon voyage aux Etats-Unis. #peurdesours

Ceci étant dit, que penser de ce livre que j’ai super envie de lire depuis que j’ai vu son adaptation avec Robert Redford qui m’avait un peu laissée déçue ? Et bien c’est simple, j’ai été séduite par la plume de Bill Bryson et son invitation sur les sentiers de l’Appalachian Trail, comme pas mal de monde finalement, comme j’ai pu le constater aux réactions sur mon post Instagram.

Pendant le livre, Bill Bryson va mêler son expérience personnelle du sentier avec des anecdotes et des faits qui découlent des nombreuses recherches qu’il a faites avant et après avoir parcouru l’AT. On parle donc bien de faits sur le nombre de meurtres qui ont eu lieu sur le sentier, sur les attaques d’ours, sur l’hypothermie… D’où mon préambule !

Le ton reste léger tout du long, et on passe une lecture plus qu’agréable en compagnie de Bill Bryson et de Stephen Katz, à vivre avec eux les bonheurs, mais aussi les difficultés du sentier. On apprend énormément de choses au fil des lignes et des recherches, et on se surprend à être totalement emporté par le récit.

J’ai lu comme critique le fait que Bill Bryson semblait être quelqu’un de plutôt désagréable, qui critique toutes les personnes croisées sur le trail. J’avoue avoir noté cela, mais plutôt en me disant que ça serait bien mon genre également. La rencontre a beau être un joli moment quand on est sur les routes comme ça, et on a beau en garder un souvenir assez précieux, sur le moment, il arrive très honnêtement que l’on pense ce que Bryson écrit, par exemple, le fait qu’on ne soit pas super emballé par quelqu’un qui parle beaucoup après une longue journée éprouvante de marche. J’ai trouvé ces passages plutôt honnêtes sur le fond, peut-être un peu exagérés et rendus plus clichés sur la forme. Mais ils représentaient bien pour moi ces émotions qui peuvent être exacerbées par la route, l’effort, les conditions, l’isolement, etc.

Ce n’est un secret pour personne dans mon entourage, je rêve de grands sentiers et de moments comme ceux vécus par Bryson, même si je reste très attachée à mon confort. Ce genre de livre est donc pour moi un moyen d’évasion facile, tout en profitant de mon canapé.

Tout comme pour Wild – qui le fait de façon beaucoup plus sérieuse et introspective, Bill Bryson fait le choix clair de ne pas idéaliser son expérience. Le récit met d’ailleurs peut-être plus en avant les moments difficiles (qui finiront par devenir de drôles d’anecdotes) plus que les beaux moments. On n’est clairement pas dans la contemplation ici, Bryson le dit lui-même – il est distrait quand il marche et peut parfois louper des paysages ou des petits moments qui sont plutôt ce que je recherche dans ce genre d’expérience. Mais il partage malgré tout quelques petits bonheurs et quelques belles choses vécues pendant son voyage.

On m’a conseillé, sur mon post Intagram, de “lire tout Bryson” et je reconnais que cette première expérience est plus que tentante pour suivre ce conseil. Attendez vous donc à d’autres chroniques autour de ses écrits !

One thought on “Promenons-nous dans les bois, de Bill Bryson

  1. Ping : C’est le premier, j’balance tout #15 (mar.20) – Alberte Bly

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

You are commenting using your WordPress.com account. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

You are commenting using your Google account. Déconnexion /  Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

You are commenting using your Facebook account. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.