Mes conversations avec les tueurs, de Stéphane Bourgoin

Cela fait longtemps que je me dis que je dois lire du Stéphane Bourgoin. L’homme est quand même une pointure plutôt reconnue en matière de recherches sur les tueurs en série, et tu n’es peut-être pas sans savoir que les séries, films ou livres qui se rapportent à la psychologie et au mode de fonctionnement de la pensée des tueurs m’intéressent toujours. Comprendre le mal autant que possible, tant il me paraît inenvisageable (et heureusement, tu me diras).

J’ai donc pris comme un signe du destin le fait de trouver ce livre dans une boîte à lire près du boulot il y a quelques semaines et il est vite passé assez haut sur ma pile-à-lire de par sa petite taille. 

Toutefois, dès l’introduction, j’ai pu comprendre que ce livre ne répondait peut-être pas le plus à ce que je recherchais. Stéphane Bourgoin nous annonce en effet très rapidement qu’il s’agit ici plus des coulisses de ses rencontres avec un tas de tueurs en série plutôt que de ses recherches elles-mêmes. S’il nous livre quelques éléments sur les cas qu’il aborde, on parle surtout de ses préparatifs, de ses ressentis après des entretiens particulièrement éprouvants, de ses repas avant ou après, aussi, par exemple. 

On prend la mesure de l’ampleur de ses rencontres – le monsieur a quand même eu accès à des dizaines et des dizaines de tueurs et a parlé avec eux de l’immonde, comme on parlerait de la pluie et du beau temps. Ce livre permet aussi de se rendre compte à quel point ces entretiens peuvent être éprouvants pour l’auteur.

Son métier l’oblige à converser avec des esprits malveillants pendant plusieurs heures, et les réglementations pénitentiaires étant ce qu’elles sont, il est obligé d’obtenir “de la matière” dès le premier entretien parce qu’il n’est pas assuré de pouvoir recommencer avec plusieurs années. Il doit donc accepter d’entendre l’immonde et d’y répondre sans défaillir face à des personnes qui ont parfois l’habitude de se jouer de leurs victimes et qui pourraient donc profiter d’un moment de faiblesse.

Une réponse sur « Mes conversations avec les tueurs, de Stéphane Bourgoin »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.